Nouvelle étude : suffisamment d’hydrogène disponible à la portée de la colonne vertébrale européenne de l'hydrogène

  • Une nouvelle étude réalisée par l’initiative European Hydrogen Backbone estime à 2 300 TWh la demande en hydrogène dans l’UE et au Royaume-Uni d’ici 2050, ce qui correspond à 20-25 % de la future demande en énergie de l’UE et du Royaume-Uni
  • Il existe un potentiel suffisant pour produire cette quantité sous forme d’hydrogène vert et bleu au sein de l’UE et du Royaume-Uni. Des importations d’hydrogène à partir de pays voisins sont probables


Téléchargez le rapport (PDF 7,7MB)

Aujourd’hui, l’initiative European Hydrogen Backbone (EHB) présente une analyse de la demande, de l’approvisionnement et du transport futurs d’hydrogène en Europe. Cette étude vient compléter les cartes EHB publiées récemment qui représentaient un réseau de canalisations d’hydrogène de près de 40 000 km d’ici 2040, reliant 19 États membres de l’UE ainsi que le Royaume-Uni et la Suisse.


Grande demande d’hydrogène à venir pour faire de l’Europe un continent climatiquement neutre

L’UE et le Royaume-Uni pourraient connaître une demande en hydrogène d’environ 2 300 TWh (dont 2 000 TWh dans l’UE) d’ici 2050. Cela équivaut à environ 45 % de la consommation de gaz naturel de l’UE et du Royaume-Uni en 2019. L’hydrogène est crucial pour décarboniser l’industrie, en particulier la production de produits chimiques (ammoniac et produits chimiques de grande valeur), de fer et d’acier, et de carburants. On s’attend également à ce que l’hydrogène joue un rôle important dans la fourniture d’électricité pilotable, en tant que carburant pour le transport lourd et, dans certains pays, pour le chauffage de bâtiments.


L’Europe peut être autonome en matière d’hydrogène vert et bleu, des importations sont probables

La demande totale d’hydrogène attendue pourrait potentiellement être couverte par de l’hydrogène vert produit dans l’UE et au Royaume-Uni à partir d’électricité renouvelable. Toutefois, la production de telles quantités d’hydrogène vert au niveau national est soumise à l'acceptation publique d'une expansion accélérée de la capacité installée d’énergies renouvelables, au financement, à la réglementation et à la définition de normes de qualité. Il est prévu que les coûts de production d'hydrogène vert évoluent favorablement, ce qui permettra un renforcement rapide de la production. En plus de l'hydrogène vert, de grandes quantités d'hydrogène bleu relativement bon marché peuvent être produites en Europe pour favoriser rapidement la réduction des émissions et accélérer le rythme de la transition. L'étude montre également que les importations d'hydrogène par canalisation peuvent fournir un complément intéressant à l'approvisionnement national.


La colonne vertébrale de l’hydrogène est rentable et essentielle pour créer un marché de l’hydrogène européen transfrontalier

La réutilisation de l’infrastructure gazière existante joue un rôle crucial dans la connexion des sites d’offre et de demande en hydrogène. Les canalisations d’hydrogène constituent l’option la plus efficace en termes de coût pour le transport longue distance de grands volumes (0,11-0,21 €/kg par 1 000 km), supplantant ainsi le transport par bateau pour des distances raisonnables en Europe et vers les régions voisines. En outre, l’étude démontre que pour le transport d'un grand volume d'énergie lorsque le produit final souhaité est l'hydrogène, même sans inclure les coûts de flexibilité tels que le stockage de l'énergie, les canalisations sont plus efficaces en termes de coût que les lignes électriques fournissant la même quantité d'énergie.

« Notre nouvelle étude montre que l'hydrogène sera crucial dans de nombreux secteurs de la demande énergétique et la colonne vertébrale sera un moyen de relier l'offre à la demande en Europe, tout en permettant des importations à des coûts compétitifs », déclare Daniel Muthmann, coordinateur de l'initiative EHB et responsable du développement, de la stratégie, de la politique et de la communication de l'entreprise chez OGE.