L'UE soutient le projet innovant Antwerp@C visant à réduire les émissions de CO2 via un financement du CEF

Avec ce soutien, Antwerp@C franchit une nouvelle étape et voit son ambition renforcée de réduire potentiellement de moitié les émissions de CO2 au sein du port d'ici 2030.


Antwerp@C

Fin 2019, l'Autorité portuaire d'Anvers a réuni sept grandes entreprises chimiques et énergétiques en vue d'étudier la faisabilité technique et économique de construction d'une infrastructure de collecte de CO2 dans le port d'Anvers. Le consortium est constitué d'Air Liquide, BASF, Borealis, ExxonMobil, INEOS, Fluxys, l'Autorité portuaire d'Anvers et Total. Avec ce projet intitulé Antwerp@C, les partenaires ont pour mission de maintenir le CO2 hors de l'atmosphère et d'apporter une contribution significative aux objectifs climatiques grâce à des applications de captage et d’utilisation du CO2, dans un délai relativement court et à coût minimal. Le consortium est heureux d'annoncer que deux demandes de financement, présentées par Air Liquide, Fluxys, Total et l'Autorité portuaire d'Anvers, destinées à mener des études pour un Terminal d'Exportation de CO2 liquide, épine dorsale pour le CO2 au sein du port d'Anvers, et pour un pipeline transfrontalier de CO2 destiné à être relié aux Pays-Bas, ont été approuvées. Grâce à ce soutien financier, Antwerp@C franchit une nouvelle étape et peut avancer. Ceci renforce l'ambition du consortium visant à réduire potentiellement de moitié les émissions de CO2 dans le port (18,65 millions de tonnes d'émissions de gaz à effet de serre en 2017) d'ici 2030.


Le support de l'UE: une étape importante

Les partenaires de Antwerp@C se réjouissent qu'une subvention de Connecting Europe Facility (CEF) ait été octroyée à ce projet en vue de poursuivre des études détaillées, car un support -essentiellement financier - de l'UE, du Gouvernement Fédéral Belge et du Gouvernement Flamand est essentiel au succès de ce projet. Antwerp@C poursuit deux initiatives dans les infrastructures de transport de CO2, l'une pour le transport via un pipeline terrestre jusqu’à Rotterdam, l'autre pour le transport maritime jusqu'en Europe du Nord-Ouest. Deux subventions pour des études détaillées – pour un montant d'environ 9 millions € - sont désormais octroyées dans le cadre du programme européen de financement CEF des réseaux trans-européens de l'énergie.

Cette subvention du CEF constitue une étape positive dans le but de soutenir le CCS en tant que technologie de réduction du CO2 pour l'industrie du Port d'Anvers. Outre cette première étape, un certain nombre de demandes de manifestation d'intérêt sont en cours de préparation par les partenaires du consortium en vue d'une soumission au Fonds Européen d'Innovation, qui sera un élément clé pour soutenir le développement de l'ensemble de la chaîne de valeur du CCS, du captage au stockage.


L'Autorité portuaire d'Anvers, pionnière dans le captage du carbone

L'Autorité portuaire d'Anvers abrite le plus grand pôle intégré d'énergie et de produits chimiques en Europe. Ce qui en fait l'endroit idéal pour mettre en place de nouveaux projets de collaboration transfrontaliers pour la réduction innovante de CO2. À cette fin, Air Liquide, BASF, Borealis, ExxonMobil, INEOS, Fluxys, l'Autorité portuaire d'Anvers et Total ont uni leurs forces, fin 2019, sous le nom de Antwerp@C, pour étudier la faisabilité technique et économique de construction d'une infrastructure de collecte de CO2 pour soutenir les futures applications de CCUS (Carbon Capture Utilisation & Storage). Le captage et le stockage de carbone (CCS) et éventuellement le captage et l'utilisation de carbone (CCU) – c'est-à-dire la réutilisation du CO2 comme matière première pour l'industrie chimique – sont considérés comme des voies importantes dans la transition vers un port neutre en carbone. Ce projet transfrontalier novateur du CCUS serait l'un des premiers et des plus importants projets multimodaux en libre accès, au niveau mondial, en matière d'infrastructure d'exportation de CO2.