Source d’inspiration pour les autorités locales

Gaz vert

Le gaz vert, une source d’énergie renouvelable complémentaire

Le gaz vert est une source d’énergie renouvelable complémentaire, en plus du vent et du soleil. Plus le gaz vert est utilisé, plus l’énergie que nous consommons est durable.

Le biogaz est l’une des principales formes de gaz vert. Il est obtenu notamment à partir de déchets organiques, tels que les déchets agricoles et alimentaires, ou encore les eaux usées issues des stations d’épuration.

Le biogaz peut être immédiatement utilisé sur place dans un large éventail d’applications. Mais il peut également être épuré pour devenir du biométhane.

Celui-ci présente l’avantage de pouvoir être transporté et stocké dans l’infrastructure gazière existante. Tous les consommateurs peuvent alors l’utiliser, tout comme le gaz naturel, pour se chauffer, rouler en voiture, produire de l’électricité ou l’utiliser dans des processus industriels.

Fluxys Belgium a travaillé en collaboration avec la fédération gazière gas.be et les gestionnaires de réseau de distribution pour mettre sur pied un système de certificats de gaz vert. Grâce à celui-ci, les consommateurs belges peuvent acheter du gaz vert comme c’est le cas pour l’électricité verte.

Le biogaz et le biométhane : plus de 70 % de gaz à effet de serre en moins

La production de biogaz et de biométhane consiste essentiellement à recueillir le méthane provenant de la décomposition des déchets. Utiliser ce méthane ainsi récupéré comme combustible permet de diminuer substantiellement les émissions de gaz à effet de serre, car le CO2 provenant de la combustion du méthane a un effet de serre sensiblement plus faible que le méthane qui aurait été libéré dans l’atmosphère. Selon les estimations de la Commission européenne, ce procédé au biogaz réduit les gaz à effet de serre d’au moins 70 %.

 

 

Un potentiel local sous-exploité

Comparée à celle de nos pays voisins, la production de biogaz et de biométhane en Belgique en est encore à ses débuts, mais le potentiel est considérable. Autrement dit, le biogaz et le biométhane ne demandent qu’à croître dans notre pays. Et les autorités locales peuvent jouer un rôle important de facilitateur en la matière.

 

Bénéfices du biogaz pour les autorités locales

Le passage du diesel ou du mazout au gaz naturel entraîne une amélioration immédiate de la qualité de l’air. L’utilisation du biogaz et du biométhane est encore plus bénéfique en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La production de biogaz et de biométhane constitue également une source de revenus pour l’agriculture locale et s’inscrit pleinement dans le passage vers une économie circulaire où les flux résiduels sont réutilisés de manière optimale.

 

Concrètement, que peuvent faire les autorités locales ?

  1. Faciliter et encourager la production de biogaz et de biométhane en concertation avec les agriculteurs locaux, les opérateurs de la filière des déchets et les stations d’épuration
  2. Faciliter la procédure d’autorisation ainsi que les mécanismes de financement pour étendre le développement du biogaz et du biométhane
  3. Entre communes avoisinantes, coordonner des initiatives conjointes pour développer le biogaz et le biométhane
  4. Prendre pleinement en considération le rôle du gaz naturel, du gaz vert et de l’infrastructure gazière lors de l’élaboration de plans en matière d’énergie et de chaleur, en tenant compte des critères de viabilité financière, de durabilité et de fiabilité

 

L’unité de biogaz du Haut Geer

Dans la province de Liège, la centrale de biogaz du Haut Geer traite près de 45.000 tonnes de déchets organiques par an, dont des boues industrielles, du fumier bovin ou des sous-produits industriels. Le digestat résiduaire est utilisé comme engrais dans l’agriculture.

Le biogaz est utilisé dans une installation de cogénération. Celle-ci produit à la fois de l’électricité pour 1.500 à 2.000 ménages et de la chaleur. Cette chaleur est notamment utilisée pour la production de briquettes.

 

Chauffage

Un chauffage plus respectueux de l’environnement

Dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, la Belgique s’engage à une limitation du réchauffement de la planète nettement inférieur à 2 °C. Pour atteindre cet objectif, nous devons rendre notre mode de production de chaleur plus durable, car celui-ci représente une part importante dans notre consommation d’énergie.

Les autorités locales peuvent d’ores et déjà donner l’exemple en optant pour le gaz naturel ou le gaz vert au lieu du mazout, en remplaçant les anciennes installations au gaz naturel par une technologie au gaz plus performante. Pensez aux chaudières à condensation ou aux technologies au gaz innovantes telles que les pompes à chaleur et la technologie de cogénération au gaz qui produit à la fois de la chaleur et de l’électricité.

 

 

 

Le gaz naturel même en l’absence de réseau à proximité

Saviez-vous que le gaz naturel pouvait aussi être fourni aux consommateurs dans des zones qui ne sont pas desservies par un réseau de gaz naturel ? Fluxys a développé des solutions en ce sens et vous propose son expertise afin d’élaborer des propositions.

Les installations de cogénération au gaz naturel ou au gaz vert : une solution idéale pour fournir à la fois de la chaleur et de l’électricité

La production d’électricité centrale classique libère de grandes quantités de chaleur qui sont perdues, en général.

En revanche, les installations de cogénération au gaz naturel ou au gaz vert offrent une excellente efficacité énergétique : elles combinent la production d’électricité et de chaleur. Cette dernière est valorisée pour des besoins de chauffage, de production d’eau chaude sanitaire, etc.

C’est donc une solution idéale pour de nombreux bâtiments publics : piscines, complexes sportifs, musées et immeubles de bureaux. Les installations de cogénération permettent également de développer un réseau de chaleur local si la chaleur résiduelle s’avère insuffisante.

 

Bénéfices de la cogénération au gaz pour les autorités locales

Comparées aux installations qui produisent séparément de l’électricité et de la chaleur, les installations de cogénération consomment entre 20 et 30 % d’énergie en moins, ce qui signifie une réduction des coûts énergétiques et des émissions polluantes.

Flexibles et pilotables, les installations de cogénération sont donc idéales pour compenser les variations dans la production d’électricité solaire et éolienne.

 

 

Concrètement, que peuvent faire les autorités locales ?

  1. Passer à une technologie au gaz efficace pour leurs propres systèmes de chauffage (bâtiments publics et techniques, complexes sportifs, piscines,…) : chaudières gaz à condensation, pompes à chaleur au gaz et installations de cogénération
  2. Inciter les concitoyens à passer eux aussi à une technologie au gaz performante
  3. Informer les citoyens sur l’impact de la pollution atmosphérique sur leur santé

 

Le complexe sportif du Blocry à Louvain-la-Neuve

Dans le cadre d’une rénovation de ses infrastructures, le complexe sportif du Blocry à Louvain-la-Neuve a décidé voici quelques années de remplacer ses anciennes installations de chauffage. Le complexe sportif a notamment opté pour une chaudière gaz à condensation et l’installation d’une cogénération.

Grâce à l’ensemble des projets, le Blocry compte réaliser une économie d’énergie de 28 % par an, soit un gain de 88.000 euros/an.

 

Mobilité

Une mobilité plus verte

En matière de qualité de l’air, la Belgique est l’une des régions les plus polluées d’Europe. Le transport est à lui seul responsable de 20 % des émissions de polluants atmosphériques.

Les autorités locales ont un rôle clef à jouer dans le passage à une mobilité plus verte. L’intégration de véhicules au gaz naturel dans le parc automobile produit un résultat immédiat : ils contribuent substantiellement à améliorer la qualité de notre cadre de vie.

Il est grand temps d’agir : 97,90 % des véhicules roulent encore à l’essence ou au diesel. Passer au gaz naturel permet d’améliorer la qualité de l’air et de réduire les émissions de CO2..

 

 

Le CNG pour une mobilité locale plus verte

Les véhicules au gaz naturel (Gaz Naturel Comprimé ou CNG) permettent d’améliorer immédiatement la qualité de l’air et de réduire également les émissions de gaz à effet de serre. De surcroît, ils roulent sans problème au biométhane, réduisant davantage les émissions de gaz à effet de serre.

Une mobilité plus verte passe par le tandem véhicules électriques- véhicules au CNG :

  • Les véhicules au CNG offrent une autonomie plus grande et permettent donc de couvrir de plus longues distances. Faire le plein est tout aussi rapide qu’avec un véhicule au diesel ou à essence. Par ailleurs, ils sont moins chers à l’usage que des véhicules à essence ou au diesel.
  • De plus, à l’achat, un véhicule au CNG coûte beaucoup moins cher qu’un véhicule électrique, ce qui rend la mobilité verte accessible à un public plus large.

 

Parc automobile local

Les autorités locales elles-mêmes peuvent donner le bon exemple en optant délibérément pour des véhicules plus respectueux de l’environnement, comme les véhicules au CNG qui contribuent à une meilleure qualité de l’air et à une diminution du CO2.

Par le biais de campagnes de sensibilisation, les autorités locales peuvent informer leurs concitoyens sur les bénéfices d’une mobilité verte.

 

 

Avantages des véhicules au CNG pour les autorités locales

Les véhicules au CNG permettent de réduire considérablement les émissions de polluants atmosphériques (oxydes d’azote, particules fines) et les émissions de gaz à effet de serre.

  • 77 % en moins de particules fines
  • 90 % en moins d’oxyde d’azote (NOx)
  • Jusqu’à 16 % en moins de CO2
[Source : Etude de la CREG, CNG 2018]

Les véhicules au CNG, nettement plus silencieux, entraînent également une réduction des nuisances sonores. Sachez que les véhicules au CNG sont autorisés à stationner partout et en toute sécurité – y compris dans les parkings souterrains - contrairement aux véhicules au LPG.

 

Concrètement, que peuvent faire les autorités locales ?

  1. Donner le bon exemple en optant pour des véhicules au CNG dans leur parc automobile
  2. Informer et sensibiliser leurs concitoyens aux avantages des carburants alternatifs (électricité, CNG, hydrogène)
  3. Faciliter le développement des stations-services au CNG, notamment en matière d’octroi des permis

 

Ham-sur-Heure-Nalinnes opte pour le CNG

La commune de Ham-sur-Heure-Nalinnes (Hainaut) a récemment décidé de renouveler son parc automobile, qui se composait presque exclusivement de véhicules roulant au diesel.

Les autorités locales ont opté pour de nouveaux véhicules roulant au gaz naturel, dont 11 voitures et 6 camionnettes. Ce choix s’inscrit dans la volonté de la commune de réduire les émissions de CO2 sur son territoire.

 

X

Ce site utilise des cookies

Un cookie est un petit fichier envoyé par le serveur de ce site sur le disque dur de votre ordinateur lorsque vous consultez le site. Le code repris dans le cookie permet de reconnaître l’ordinateur lors d'une visite ultérieure.

Le cookie est utilisé pour enregistrer votre localité et votre choix linguistique afin que lors d'une visite ultérieure, vous voyiez directement apparaître le site dans la langue de votre choix.

Politique Relative aux Cookies
OK